La pérennité d’un régime de retraite, notamment par répartition, tient en partie à sa démographie.
La profession d’avocat est-elle en voie d’extinction?  absolument pas, bien au contraire si l’on observe le nombre d’avocats en France, proportionnellement très inférieur à ce que l’on observe dans les autres pays de l’Union européenne…

Le pilotage des régimes de retraite obligatoires se fait le plus en amont possible, par une hausse raisonnée des cotisations et une hausse raisonnable des pensions, ainsi que par l’évolution des paramètres : durée d’assurance, âge. Les “pics” démographiques se gèrent par des décisions paramétriques et par une saine gestion des réserves.

Qu’en est-il dans le futur régime universel dont la démographie sera dès le départ fortement dégradée ? nul ne le sait, faute d’étude d’impact, si ce n’est celle du COR qui n’est pas des plus optimistes puisque le système serait toujours déficitaire en 2024.
Pourquoi  dans un tel contexte, reprocher aux avocats d’avoir constitué des réserves ?, envisager leur fusion dans un régime immédiatement déficitaire qui ne pourra servir de pensions que par une baisse des prestations, un recul de l’âge de la retraite, et une hausse importante des cotisations ?